Street

Devenir responsable de la Scandinavie…

Louis, 25 ans, Paris

Depuis combien de temps habitez-vous Paris ?

J’habite Paris depuis 5 ans. J’y suis né, puis j’ai vécu en Bretagne et dans le sud de la France avant de passer un an à New-York.

Quel genre d’enfant étiez-vous ?

Plutôt cool et assez sportif.

Enfant, qu’est-ce que vos profs pensaient de vous ?

Ils me trouvaient dynamique, curieux, et qui avait encore besoin de travailler.

Quel poste exercez-vous en moment ?

Je suis dans le commerce, je vends des enceintes haut-de-game pour une start-up qui est plein essor en France et dans le monde entier. On verra par la suite où cela va m’emmener… Je désire partir pour eux en Suède.

A quel moment avez-vous su quel métier vous vouliez faire ?

C’est une question un peu dure. Je n’ai jamais été réellement sûr. On ne sait jamais ce que l’on veut vraiment faire… Mais j’ai pris une voie pour voir où elle m’emmènerait, par la suite on verra !

Qu’est ce que vous apporte le plus de joie dans votre travail ?

La musique, la musique qui fait partie de moi depuis tout jeune. Et aussi faire du commerce, comme mon père que je voyais faire du commerce quand j’étais jeune.

Vous considérez-vous comme quelqu’un d’ambitieux ?

Oui, je suis quelqu’un d’ambitieux.

Quel est votre objectif professionnel ultime ?

Mon objectif à court terme est de devenir responsable de la Scandinavie entière pour la start-up pour laquelle je travaille.

Que vous apporte le fait d’être reconnu dans votre travail ?

J’apprécie qu’on me respecte pour mon travail, et pour ma personne.

Quels sont les modèles qui vous ont influencé ?

Dans le domaine de l’art, Andy Warhol, qui a fait du pop-art et s’est démarqué de son époque.

Si vous n’aviez pas fait ce métier, qu’auriez-vous fait d’autre ?

J’aurais travaillé dans la production et le milieu musical, ou comme mannequin. On m’a souvent sollicité, et je viens d’une famille de modèles : mon père, ma mère, mes tantes et ma grand-mère étaient mannequins.

Vous êtes quelqu’un de créatif ?

Oui, je compose et j’écris des textes.

A quel moment vous sentez-vous le plus inspiré ?

La nuit, cela me permet de me recentrer sur moi et de pouvoir me concentrer sur mon coté créatif.

Quelle touche personnelle pensez-vous apporter à la musique ?

Comme je suis ambitieux, j’aime bien mixer des choses qui n’existent pas encore. Comme le fait par exemple Gesaffelstein, qui a mixé le rock et l’électro : c’est quelque chose qui est très dur à faire, mais il réussit et peu de gens arrivent à le faire comme lui.

Si vous deviez changer quelque chose dans votre travail qu’est-ce que ce serait ?

Etre un requin, par exemple ne pas lâcher le client et vraiment vendre le produit avant de laisser partir la personne.

Comment faites-vous pour concilier votre vie professionnelle et votre vie privée ?

La vie professionnelle prend le dessus. Comme je suis cadre, j’ai des horaires assez particuliers et poussés. Même en dehors de mon travail, je travaille pour mon entreprise.

Comment faites-vous pour vous évader ?

J’écoute de la musique et je fais un peu de sport pour décompresser.

Quel est le rôle de vos proches dans votre travail ?

Ma mère est entrepreneur, elle a sa propre entreprise en Bretagne. Mon père est prof d’art. Du fait que je suis un mélange des deux, je suis professionnel comme ma mère et créatif comme mon  père.

Vous sentez-vous libre ?

Actuellement je suis plutôt focalisé sur le travail, donc je me sens moins libre, mais dans le futur tout peut changer.

Que pensez-vous de tous ces sites internet et réseaux sociaux ?

Les choses avancent très vite depuis la création d’internet, maintenant c’est là que les jeunes créateurs et les artistes se font connaitre, dans la musique, la photographie, le cinéma.

C’est un plus pour la société ?

Il a y des avantages et des inconvénients : les personnes peu connues peuvent se faire connaitre plus vite, mais il y a moins de débouchés.

Que pensez vous des sites de rencontre ?

J’ai déjà essayé, c’est un peu bizarre. Tout passe par les photos, il n’y a pas de contact physique. Or je pense que le plus important c’est le contact avec la personne : la parole, le regard, tous les sens en fait. Avec internet, on se focalise sur la personne visuellement, on ne la connaît pas réellement.

C’est un plus ou un inconvénient ?

On se cache un petit peu, c’est un peu frustrant. On va moins vers les personnes dans la rue, on se focalise sur ces applications. On perd un peu le côté humain.

Vous souvenez vous de votre premier bisou ?

Oui je me souviens… C’était marrant et joli, j’en garde un très bon souvenir.

Comment faut-il faire pour vous séduire ?

Être à l’écoute. La gentillesse. Je suis quelqu’un de simple et romantique, mais en revanche j’accorde une seule fois ma confiance à la personne, si on joue avec mes sentiments, c’est fini.

Pour vous quel est le secret de la longévité en couple ?

La communication, se dire les choses. Eviter les cachotteries pour ne pas frustrer l’autre.

Categories
Street

Leave a Reply