Interviews

Je lui ai tenu tête, j’ai dit non, je suis restée sur ma…

Eve, 18 ans étudiante en prépa ECS

Que veut dire prépa ECS ?

C’est une filière pour préparer l’entrée dans les grandes écoles de commerces comme HEC. J’espère avoir une bonne école.

Vous voulez faire du commerce plus tard ?

Plus tard, j’aimerais travailler dans l’événementiel et la communication, c’est-à-dire organiser des événements, particulièrement dans la mode : organiser des fashion shows par exemple.

Quel genre d’enfant était Eve ?

D’après ma mère j’étais très expressive, j’adorais danser, faire mon cinéma, attirer l’attention sur moi… j’étais une mini Diva. Ado en revanche, j’étais plutôt réservée et timide, je ne parlais plus trop. Maintenant je commence doucement à me lâcher un peu plus.

D’où vous est venue cette envie de faire de la communication ?

J’ai été influencée par ma mère. Ma mère est traductrice et interprète dans le milieu de la cosmétique pour plusieurs grandes marques, elle m’en a toujours parlée et m’a toujours emmenée voir des expositions de haute couture comme par exemple celle sur Christian Dior aux Arts Décoratifs. Involontairement, ma mère m’a mis en contact avec ce milieu et je l’ai aimé, j’ai vraiment envie d’y travailler. Avoir fait autant d’expositions, avoir vu ma mère se maquiller avec ces grandes marques de produits cosmétiques, tout cela m’a donné envie de travailler dans ce milieu.

C’est votre mère qui influence vos choix ?

Non, je choisis moi-même. Au début elle voulait que je fasse médecine. Ce n’est pas vraiment un truc pour moi, mais elle y tenait vraiment, parce que c’est une filière d’excellence  et elle voulait que j’aille dans cette voie. Je lui ai tenu tête, j’ai dit non, je suis restée sur ma position.

En revanche il n’y a pas de chômage dans la médecine ?

À Paris peut-être pas trop, mais ailleurs si.

Comment vous voyez-vous plus tard et dans quel milieu ?

Je me vois chef de projet, dans l’idéal j’aimerais bien avoir une équipe avec qui on échangerait sur nos projets, nos envies et avec qui on appliquerait nos idées. Par exemple, faire un fashion show dans des villes différentes avec des artistes différents, avec tel décor, c’est toute une organisation. Le but est d’avoir une équipe, donner des ordres, écouter ce que les autres ont à dire et réaliser le projet ensemble.

Quel est votre plan B si le plan A ne fonctionne pas ?

Il n’y a pas d’autre plan. J’ai un but et je vais tout faire pour l’atteindre, il ne faut pas se poser trente mille questions ou se prendre la tête. Il faut juste aller tout droit et foncer. Si ça marche tant mieux, si ça ne marche pas, on essaye autre chose qu’on aime. Je suis très ambitieuse.

Quels sont vos objectifs à court terme ?

Réussir mes concours l’année prochaine et sortir épanouie de la prépa. Ce qu’il y a de difficile dans la prépa c’est qu’il y a énormément de cours, très condensés, et on travaille pendant deux ans uniquement pour les concours ; si tu rates les concours, tu as tout raté, donc il faut tenir le coup, il faut apprendre. Nous avons cours tout le temps, nous avons des DS et des contrôles oraux tout le temps, il y a énormément de travail. Il faut avoir beaucoup de rigueur et tenir le coup, ça ne sert à rien si je sors de la prépa déprimée et alcoolique.

Quel est l’instrument avec lequel vous vous exprimez le mieux ?

Je fais du piano depuis tout petite, c’est vraiment un instrument très libérateur et celui avec lequel je m’exprime le mieux. Et ça fait partie de moi.

Je fais aussi de la danse classique,c’est aussi un bon moyen de s’exprimer ; physiquement tu donnes tous ce que tu as.

Je dessine aussi de temps en temps, mais je n’ai jamais pris de cours. Et ça m’arrive d’écrire des poèmes ou des histoires.

Quel est votre style au piano ?

Mon style est plutôt romantique, comme Chopin, Ravel, Fauré, j’adore ce qui est calme et aérien, assez technique mais surtout dans l’expression.

Vous êtes une romantique ?

Je  pense que  oui.

Que pensez-vous des réseaux sociaux et d’internet ?

J’ai grandi avec, pour la jeunesse d’aujourd’hui ça fait partie intégrante du quotidien et sans internet on est un peu perdu, il faut se l’avouer.

Que pensez-vous des sites de rencontres ?

En soi je trouve que c’est compliqué de baser ou de construire une relation à partir d’internet, parce qu’il faut avoir un contact physique et une affinité avec la personne et ce n’est pas derrière l’ordi que tu vas y arriver. Quand tu rencontres quelqu’un que tu ne connais pas pour la première fois, face à face, tu es plus ou moins mis à nu. Mais ces sites de rencontres aident aussi beaucoup de personnes timides, qui ne sont pas très sûres d’elles.

Est-ce qu’il faut tout se dire en couple ?

Non, il faut avoir un peu de mystère dans le couple. On ne doit rien à l’autre, il n’y a aucune obligation, si l’autre n’arrive pas à le comprendre c’est qu’il a un problème et il faut peut-être revoir le couple. En revanche, il faut être sincère avec l’autre.

Quel est pour vous le secret de la longévité du couple ?

La sincérité, la confiance, et ne pas forcer l’autre à rester. Si la relation doit durer un an elle durera un an, et si elle doit durer vingt ans elle durera vingt ans, il n’y a pas vraiment de recette miracle à la longévité d’un couple et il ne faut surtout pas se demander quand est-ce qu’elle se terminera sinon elle se finira forcément. Il faut juste se souvenir des meilleurs moments que tu as vécus avec la personne. Il faut aussi qu’il y ait des haut et des bas, qu’il y ait une histoire.

Que pensez-vous du mot liberté ?

Quand je pense au mot liberté, j’ai une image de l’Ouest des Etats-Unis d’Amérique, des canyons avec des mustangs, des chevaux sauvages en train de courir en groupe. On ne peut pas enfermer la liberté, elle finit toujours par se libérer.

Comment faites-vous pour vous évader ?

J’aime bien être seule dans ma chambre et écouter de la musique. Et pleurer, j’adore et ça me fait du bien, je ne sais pas pourquoi. Mais pas forcément pleurer de tristesse. Quand tu pleures, et que tu lâches toute la pression que tu as accumulée, ça fait un bien fou et je me sens hyper libérée.

Vous n’êtes pas dépressive à votre âge quand même ?

Non je ne suis pas dépressive, j’aime juste bien me poser quelque part et écouter de la musique, ne penser à rien en me laissant transporter par les émotions que me procure la musique.

Quel est le rôle de la musique dans votre vie ?

La musique est très importante pour moi, elle représente mon humeur du moment. Elle me fait voyager, c’est une libération pour moi.

Quel est la première fois qui vous a marquée ?

La première fois que je suis allée dans un club de jazz avec mon père, c’était aussi la première fois que je buvais un verre avec mon père. C’était incroyable parce qu’à ce moment là il m’a vraiment partagé sa passion.

Comment vous voyez-vous dans 10 ans ?

Avec la même joie de vivre qu’aujourd’hui et heureuse avec toute ma famille et mes amis.

Êtes-vous une militante ?

Non, mais je suis contre l’excision des femmes ; même si je peux comprendre la culture et les traditions de chaque pays ou tribu d’Afrique, mais il y a beaucoup de femmes et d’enfants qui en meurent du fait des mauvaises conditions et du mauvais matériel chirurgical.

Sinon je ne me suis jamais intéressée à la politique, dommage pour moi. Il y a beaucoup de causes défendables. Je ne suis pas vraiment féministe non plus. Il y a des féministes extrêmes qui veulent mettre la femme au-dessus de l’homme et l’homme en-dessous, or le but du féminisme c’est d’arriver à une égalité entre les deux sexes.

Allez-vous visiter des expositions et des musées ?

Je vais très, très souvent au musée, j’adore ça !

Quelle image avez-vous des musées ?

J’estime que les musées sont très importants : ils représentent la vie culturelle d’une société et donc un pilier de notre épanouissement personnel.

Que représentent pour vous les musées ?

Je pense que c’est un bon moyen de s’évader, de juste penser à autre chose le temps d’une exposition, de sortir de sa vie un moment.

Quand a été la dernière fois que vous avez visité un musée ?

Je suis allée au musée samedi dernier, j’essaie d’y aller chaque semaine.

Que pensez-vous du musée de l’armée ?

Je ne suis jamais allée au musée de l’armée, mais pourquoi pas. Il existe des musées sur tout, par exemple sur des algues, donc pourquoi pas sur l’armée.

Vous êtes plutôt musée du château ou exposition en ville ?

Je ne saurais choisir… Tout est intéressant, aucun n’est meilleur que l’autre.

Categories
Interviews

Leave a Reply