Interviews

Mon objectif est d’arriver au niveau des grands couturiers…

Lorie, 20 ans, étudiante en deuxième année BTS design textile

Lorie, 20 ans, étudiante en deuxième année BTS design textile

Quel a été votre parcours ?

Je viens d’Agen, du Sud-Ouest, là où il y a du soleil. J’ai fait un bac pro métier de la mode à Bordeaux. Puis on m’a dit que les meilleures écoles de mode étaient à Paris, donc je me suis dit : c’est là-bas qu’il il faut que j’aille. Et me voilà à Paris.

Que faites-vous à Paris ?

Je suis étudiante en design textile, avant ça j’ai fait une mise à niveau en arts appliqués (MANAA).

Pouvez-vous nous décrire ce qu’est une MANAA ?

C’est une classe préparatoire en art qui permet de voir tous les champs du design : design de mode, design d’espace, design textile, design produit. Elle permet de trouver sa voie.

Dans quel domaine voulez-vous vous imposer ?

Je veux être styliste de mode. Je n’en suis pas encore très sûre, mais je crois que mon objectif est d’arriver au niveau des grands couturiers et de peut-être prendre leur place.

Avez-vous une idée de la maison de haute couture dont vous voulez prendre un jour possession ?

J’aimerais bien quand-même créer ma maison ; mais je commencerai comme free-lance dans diverses maisons de haute couture, pour découvrir les différents modes de fonctionnements mais aussi les identités des marques. Puis ensuite créer ma maison, une fois que je me serai fait un réseau.

 

Quel genre d’enfant était Lorie ?

J’étais timide et je faisais énormément de sport. Ça fait 13 ans que je pratique le Taekwondo et les dimanches je vais courir.

Vous êtes une boule d’énergie ?

Oui un peu ; je marche beaucoup depuis que je suis à Paris.

Quels sont vos objectifs à court terme ?

Réussir mes examens d’anglais, en faisant du mieux que je peux, avec le peu que j’ai.

D’où vous est venue cette passion pour la mode ?

De ma grand-mère, elle était couturière et m’a beaucoup influencé. Je passais tous mes mercredis après-midi chez elle quand j’étais en primaire et on faisait tous les déguisements pour le carnaval, j’adorais me déguiser et coudre tout le temps.

Vous faites vos croquis pour vous-même ?

Oui j’ai plein de croquis et j’ai des carnets remplis de design. J’ai même refait le design des survêtements de mon équipe de taekwondo, ils n’ont pas eu la chance de les porter car le projet coutait trop cher à réaliser.

Quel est votre style ?

Les paillettes, le rose et les princesses.

Je suis une fille très visuelle, j’aime bien voir et toucher les matières. J’aime bien la couture car le vêtement épouse les formes du corps comme par exemple les vêtements de sport. Ils vivent avec le corps, pour l’aider à être plus performant, je trouve ça très intéressent d’avoir un vêtement qui répond aux besoins du corps.

Quel est votre plan B si le plan A ne fonctionne pas ? 

Bah non ça va marcher, il n’y a pas de plan B.

Qu’est-ce qui vous a le plus surprise à Paris ?

Les gens marchent super vite et on ne voit pas au loin ; quand je suis chez moi à la campagne on voit loin, à Paris j’ai l’impression que tout est plus proche.

Que comptez-vous apporter de plus à la mode ?

Je pense qu’on ne peut plus lui apporter quelque chose de plus, mais plutôt quelque chose de différent qu’on n’a pas encore connu ; par exemple, mélanger des produits qui existent déjà avec des produits qui n’existent pas encore. Sinon, créer quelque chose de nouveau dans le milieu de la mode.

À quel moment êtes-vous la plus créative ?

Le soir devant ma télé, ce sont des images qui défilent, des couleurs et le son de la télé ; je trouve les publicités très belles et bien réalisées, comme de mini films.

Oui mais dans ce cas, vous êtes absorbée par la créativité de quelqu’un d’autre…

Oui, c’est un peu ça la créativité, c’est plein de trucs mélangés qui te font créer quelque chose de nouveau.

Est-ce que vous visitez les musées ou les expositions photos ou autres ?

J’aime beaucoup les musées d’art contemporain comme le palais de Tokyo ou le centre Georges Pompidou.

As-tu déjà visité le musée des grandes armées ?

Non je ne suis pas encore allée visiter le musée de l’armée, mais en revanche je suis allée visiter l’école militaire lors des journées du patrimoine et j’ai trouvé ça très intéressant.

Surtout parce qu’ils avaient reconstitués des camps de la première guerre et seconde guerre mondiale.

Êtes-vous militante féministe ou autre ?

Ça dépend de la cause. Je trouve que parfois certaines femmes exagèrent.

Et que pensez-vous de tous ces réseaux sociaux ?

Moi j’aime bien les réseaux sociaux, pour ma future vie professionnelle, ça va beaucoup me servir.

Que pensez-vous de tous ces sites de rencontres ?

Je dis qu’on peut trouver l’amour partout, alors pourquoi pas là.

Quel ressenti avez-vous eu la première fois que vous avez habité seule ?

Je n’ai jamais habité seule et je n’aimerais pas…

Peut-être un jour, mais pas pour le moment. Pour l’instant je vis en coloc dans un 23 m² avec une chambre pour 2 et je trouve ça génial.

Quel souvenir gardez-vous de la première fois où vous êtes tombée amoureuse ?

Je suis tombée amoureuse de mon meilleur ami, à chaque fois que je le voyais j’étais toute heureuse. Et après quelques temps on est sorti ensemble.

Quel est le secret de la longévité du couple selon vous ?

Pour le moment je n’ai pas d’expérience, mais je pense que la communication est très importante. Faire de nouveaux projets ensemble redonne du souffle au couple. Et ne pas laisser la routine s’installer sous peine que ça devienne très ennuyeux.

Qu’avez-vous fait de votre premier salaire ?

Je me suis payé mon permis de conduire, c’est très pratique quand vous habitez à la campagne.

Quel est le rôle de la musique dans votre vie ?

J’ai une mémoire de poisson rouge, je ne retiens rien ou pas grand-chose, aucun nom de chanteur, à part Lorie ! Mais j’adore écouter de la musique, ça me rend joyeuse.

Vous souvenez-vous du premier album que vous avez acheté ?

Je pense que c’est Lorie.

Que veut dire le mot liberté pour vous ?

Ça veut dire beaucoup de choses, mais il y a différents types de liberté. Ça dépend de chaque personne, la liberté de chacun n’est pas la même pour tous. Par exemple moi ma liberté, je la vis en sortant de chez moi le matin pour aller à l’école. J’aime bien, parce que je me sens libre à ce moment-là

Qui est Lorie aujourd’hui du haut de ses 20 ans ?

J’aimerais bien être une personne drôle, qui ne se prend pas la tête et qui rend heureux les gens qui sont autour d’elle.

Quelle est la ville qui vous ressemble le plus ?

Ça n’a rien à voir avec la question, mais dans le Lot-et-Garonne il y a un château qui s’appelle Stelsia. Quand vous êtes devant ce château, vous avez l’impression que le temps s’arrête : tout est rose, violet, bleu, jaune, ça donne l’impression que c’est un château de dessin animé. Tous les gens sont heureux quand ils le voient. La ville est autour du château, ce serait ça une ville qui me ressemblerait.

Comment vous voyez-vous dans 10 ans ?

J’aurai 30 ans et j’espère que j’aurai visité plusieurs pays d’ici-là.

Categories
Interviews

Leave a Reply