Interviews

J’aime comprendre ce monde dans lequel…

Emilie, 20 ans, de la Martinique

Que faites-vous dans la vie ?

Je suis étudiante, je fait mes études de finance à Dallas en ce moment.

Quel genre d’enfant étiez-vous ?

J’étais quelqu’un de très sensible, émotive, quelqu’un qui riait beaucoup, qui prenait des initiatives. Bien sûr j’étais chiante et j’aimais bien attirer l’attention vers moi. J’aimais être au centre et qu’on s’occupe de moi, j’aimais faire des pièces de théâtre et j’aimais beaucoup jouer.

Pourquoi des études de finance ?

J’aime beaucoup les chiffres, ça a commencé avec l’amour des échecs. J’ai commencé les échecs quand j’avais 9 ans et j’en ai fait jusqu’a mes 18 ans. En finance, j’ai trouvé la même logique que derrière les échecs. J’aime beaucoup les chiffres, avec eux pas de surprise si tu connais les formules.

Quel est votre objectif dans la finance ou quel but voulez-vous atteindre ?

Ce serait de trouver un métier challenging. Un métier avec le quel j’apprends tous les jours, qui me demande de me dépasser. Je ne veux pas tomber dans la répétition, j’ai besoin de nouveauté : j’ai besoin de jouer avec des chiffres tous les jours mais que ce soit nouveau.Mon but ultime serait, soit de reprendre la finance de ma famille, soit d’ouvrir mon propre mon fonds d’investissement, soit d’ouvrir une banque.

Quel sont les modèles qui vous ont inspirée ?

Ma mère, c’est vraiment une femme forte qui m’a encouragée tous les jours à me dépasser, qui me connaît et qui m’aime comme je suis. Il y a aussi un tas d’enseignants qui m’ont inspirée en me transmettant leur amour de leurs matières, tellement ils étaient passionnés. Du coup j’ai adoré ! Enfin je dirais aussi Karine Taïlame, qui ma donné le goût pour les arts, surtout la peinture.

Si vous n’aviez pas fait de la finance, qu’auriez-vous fait ?

J’aurais fait marisinne parce que je peux trouver le côté créatif ; ou sinon j’aurais étudié l’art de la peinture.

Combien de temps par jour ou par semaine étudiez-vous chez vous ?

Pour un test ou un examen, je m’y prends 3 semaines en avance, je fait des grosses sessions parfois de 6 heures par jour, le samedi et le dimanche. Sinon je ne révise pas en continu, j’aime travailler sous pression.

Que pensez-vous de tous ces sites qui fond vos dissertations sur internet ?

Je pense que c’est lâche, c’est choisir la facilité. OK, l’écriture n’est pas facile, mais une fois que tu essaies vraiment et que tu arrives à reproduire quelque chose dont tu es satisfait, c’est beau.

C’est super facile de payer quelqu’un pour le faire à sa place, mais ne n’est pas comme ça qu’on avance dans la vie, ce n’est pas ça la vie. Dans la vie, mesure ta qualité pour voir de quoi tu es capable même quand tu n’es pas bon dans le domaine. Choisir la facilité ne va te mener à rien dans la vie. Tu un prends zéro ce n’est pas grave, tu recommences jusqu’à ce que tu aies compris.

A quel moment de la journée vous sentez-vous le plus inspirée ou travaillez-vous le mieux ?

Je dirais que je travaille mieux le matin, mais que je suis plus inspirée le soir vers 23 heures ou minuit.

Y a-t-il une entreprise ou une banque qui vous fait rêver ?

Qui me fait rêver, oui : c’est la banque de Rothschild, qui est dans le domaine financier et qui fait beaucoup de politique. C’est une banque petite et assez familiale, mais qui arrive à influencer  toutes les autres banques. J’aime comprendre ce monde dans lequel je vis.

Quel est le rôle de vos proches dans vos études ?

Mes parents et mon frère sont les personnes que je regarde le plus et que j’écoute beaucoup, je  ne prends aucune décision sans les avoir consultés pour savoir ce qu’ils pensent. Je pars du principe que mes choix ne seront peut-être pas les bons, donc je demande conseil autour de moi. Ils sont très importants pour moi, je communique tous les jours avec eux.

Que pensez-vous du mot liberté ?

C’est un beau mot, mais je pense qu’on ne l’est pas ! Aujourd’hui, je pense que la femme n’est pas libre, je pense que l’homme n’est pas libre, je pense que nous sommes contrôlés par l’Etat. Je trouve inadmissible que si tu sors 5.000€, la banque t’appelle en te demandant pourquoi ! C’est ça en fait, on croit qu’on est libre, mais on ne l’est pas. On n’est pas libre de lâcher un portable, on n’est pas libre de contrôler d’où viennent nos informations par exemple. Bref, pour moi on n’est pas libre aujourd’hui.

 

 Comment faites-vous pour vous évader ?

Je peins, soit j’écoute beaucoup de musique, et en écoutant de la musique je visualise des scénarios, je visualise ma toile avant de la reproduire.

Quel genre de peinture faites-vous ?

Du contemporain et de l’abstrait, très coloré et léger.

Quel bien vous apporte la peinture ?

C’est une autre façon de s’exprimer, c’est un moyen de s’exprimer sans mots. Quand tu peins, c’est une partie de toi que tu dévoiles aux autres, c’est pour que les autres l’apprécient ou la voient. J’essaye toujours  de procurer un sentiment de joie, de légèreté et de liberté dans mes tableaux, pour essayer de transmettre ces émotions.

Que pensez vous des réseaux sociaux ?

Je pense que c’est nécessaire dans l’économie d’aujourd’hui, mais quelque part on s’identifie trop à eux, et on privilégie la communication via les sociaux au dépens de la communication réelle.

Que pensez-vous des sites de rencontre ?

Dans le monde dans lequel on vit, je pense que c’est nécessaire. Je reconnais qu’une personne de 24 ou 28 ans qui est prise par son travail n’a pas forcément le temps de rencontrer quelqu’un ou l’énergie de sortir le soir. Mais ce n’est pas quelque chose que j’utiliserais pour rencontrer l’homme de ma vie, je n’y crois pas vraiment.

Aujourd’hui qui est Emilie ?

Je ne sais pas, je pense que je me cherche. Je sais juste que j’ai trouvé dans quel secteur je veux travailler : la finance, c’est sûr. Je aussi sais que je ne veux pas abandonner la peinture, je vais continuer. Sinon je pense que je suis quelqu’un de très à l’écoute, quelqu’un d’ouvert, de compréhensif ; mais parfois je me précipite trop et je me plante en étant trop cash avec les gens. Je suis aussi une jeune personne qui a faim de découvrir la vie, je vois ce qui se passe dans le monde et je suis curieuse.

Quel sont vos objectifs à court terme ?

Etudier pendant 6 mois autre chose que j’aime bien et qui n’a aucun rapport avec la finance. Ensuite faire une année supérieure d’études, soit aux Etats-Unis, soit en France. Et trouver un mec et tomber amoureuse sera mon objectif à court terme.

Comment vous voyez-vous dans dix ans ?

Dans 10 j’aurai 31 ans. Je ne vois pas avec des enfants, pas forcement mariée, peut-être engagée ou fiancée. Je me vois dans l’expression de ma carrière professionnelle.

 

Comment faut t-il vous séduire ?

Je suis quelqu’un de difficile a séduire. Il faut que le mec n’essaie pas de me séduire, c’est ça qui m’attire vers lui. Un mec avenant me fait peur, alors qu’un mec qui n’essaie pas m’attire plus vers lui. Il doit me faire rigoler et être simple, naturel et généreux.

Est t-il difficile d’être votre compagnon ?

Je pense que oui.

Selon vous quel est le secret de la longévité en couple ?

La surprise. Je pense que si le couple tombe dans la routine, c’est mort, ça devient platonique. Alors que si tu mets de la nouveauté chaque jour dans ton couple, que tu fais des choses différentes, c’est ça qui est beau. C’est évoluer ensemble et ne pas prendre l’amour pour acquis.La routine ça apporte une sécurité. Parfois les couples s’endorment et c’est mort : plus de couple, mais tu gagnes un coloc…

Categories
Interviews

Leave a Reply